Article mis en ligne le 02/10/2012.

Selon un rapport de l'OMS, il y a plus de nuisance de santé publique à supprimer l'exposition aux UVB qu'à s'exposer en excès

Ce rapport, disponible sur le site de l'OMS, fait le point des connaissances médicales concernant les conséquences de l’exposition aux ultraviolets solaires sur la santé.


 

Voici quelques recommandations extraites de ce rapport, publié en 2006 :

 

  • Il ne faut en aucun cas recommander l'évitement complet des UV : même en ne prenant en compte que le risque osseux (sans tenir compte des risques de cancers liés au déficit en vitamine D solaire), il y a déjà deux fois plus de nuisance de santé publique à supprimer l'exposition aux UVB solaires, qu'à s'exposer en excès.

 

  • Sous nos latitudes, il faudrait s'exposer suffisamment aux UV en été pour faire le plein de vitamine D et avoir un stock suffisant pour l'hiver. Cette attitude n'entrainerait aucun risque accru de mélanome.

 

  • Il devrait être possible de minimiser les risques de maladies liées à la sous-exposition aux ultraviolets solaires, sans par ailleurs augmenter les risques de maladies liées à un excès d’exposition.

 


Et enfin, cette conclusion totalement en ligne avec le credo de l’IFSS :


Les politiques de santé publique concernant les radiations ultraviolettes doivent avoir pour préoccupation de prévenir  les conséquences sanitaires tant d’un excès que d’une insuffisance d’exposition aux UV.
("Public health policy on ultraviolet radiation needs to aim at preventing the disease burden associated both with excessive and with insufficient UV exposure.")


 
Référence :
Solar ultraviolet radiation : global burden of disease from solar ultraviolet radiation OMS 2006
http://www.who.int/uv/publications/solaradgbd/en/index.html


Lien direct vers le rapport :
http://www.who.int/entity/uv/health/solaruvradfull_180706.pdf