Article mis en ligne le 30/03/2012.

Et si le soleil était un remède à nos allergies ?

 

La recrudescence des allergies pourrait être liée à un déficit en ultraviolets (UVB)

Le mois de mars annonce l’arrivée du printemps et avec lui l’avènement de la saison pollinique et allergique. D’après une étude réalisée par le CSA en 2011, pour le Comité Français d’Observation des Allergies (CFOA), un Français sur quatre, soit 16 millions de personnes, souffrirait d’allergies respiratoires. Le nombre de patients allergiques ne cesse de croître et cette augmentation a été récemment associée à un déficit en vitamine D (Jones AP. 2012, Arshi S. 2012).
Le manque de vitamine D est lui-même associé à une carence de rayonnement d’UVB. En effet, ces derniers génèrent la production de vitamine D dans la peau à hauteur de 80 %.

La corrélation entre allergies, vitamine D et UVB

Le Congrès scientifique de l’American College of Allergy, Asthma & Immunology (2011) a mis en lumière les effets bénéfiques du soleil et de la vitamine D sur les maladies allergiques. Le déficit en vitamine D, lui-même lié à une exposition insuffisante aux UVB, jouerait un rôle important dans l’augmentation des allergies respiratoires (rhinite, asthme), cutanées et alimentaires.
 

Les vertus antiallergiques de la vitamine D

Deux études récentes démonrent le lien entre latitude géographique (niveau d’ensoleillement) et allergies. La première révèle que le nord des Etats-Unis enregistre 13 % de consultations d’urgences allergiques de plus que le sud du pays (Rudders SA 2010). La seconde précise que le taux de personnes asthmatiques augmenterait de 2 % à chaque fois que l’on progresse de 10 degrés de latitude vers le nord (Krstic G. - 2011). En effet, environ 5 % de la population de Miami souffrirait d’asthme contre 11 % à Detroit, ville située plus au nord.
« La vitamine D semble agir comme un régulateur du système immunitaire. De nombreuses études expérimentales sont en faveur d‘une inhibition de l’immunité acquise et d’une stimulation de l’immunité innée par la vitamine D », précise le Professeur Jean-Claude Souberbielle, biologiste spécialiste de la vitamine D et interviewé par l’Institut Français Soleil & Santé. (Souberbielle JC. 2010)
 
Une récente étude américaine a démontré qu’une trop faible exposition aux UVB et qu’un déficit en vitamine D favoriseraient le développement d’allergies alimentaires. Elle a ainsi révélé que les jeunes enfants nés en automne ou en hiver ont 53 % de risque supplémentaire de présenter une allergie alimentaire que les enfants nés au printemps ou en été (Vassallo MF. 2010).
Les propriétés antiallergiques de la vitamine D ont été démontrées et expliqueraient le rôle protecteur de l’exposition aux UVB sur les allergies.
 

 

 

Références :

  • Jones AP, Tulic MK, Rueter K, Prescott SL. Vitamin d and allergic disease: sunlight at the end of the tunnel? Nutrients. 2012 Jan;4(1):13-28.
  • Arshi S, Ghalehbaghi B, Kamrava SK, Aminlou M. Vitamin D serum levels in allergic rhinitis: any difference from normal population? Asia Pac Allergy. 2012 Jan;2(1):45-8.
  • Rudders SA, Espinola JA, Camargo CA: North-south differences in US emergency department visits for acute allergic reactions. Ann Allergy Asthma Immunol. 2010;104:413-416.
  • Krstić G. Asthma prevalence associated with geographical latitude and regional insolation in the United States of America and Australia. PLoS One. 2011 Apr 8;6(4):e18492.
  • Souberbielle JC. Vitamine D, Ed. SEED, 2010.
  • Vassallo MF, Banerji A, Rudders SA, et al: Season of birth and food allergy in children. Ann Allergy Asthma Immunol 2010;104:307-313.