Des positions officielles qui évoluent

 

De nombreux spécialistes constatent actuellement les limites et les risques pour la santé publique d’un discours trop excessif contre le soleil/les UV. Pour eux, la carence en vitamine D est une bombe à retardement.
Plusieurs pays (Espagne, Hollande, Angleterre) ont déjà revu en profondeur leurs recommandations concernant l’exposition aux rayonnements UV (solaires ou en cabine).

 

 

En Espagne
 

 

En octobre 2009, à l’occasion du XXIe congrès du Groupe Espagnol de Dermatologie Cosmétique et Thérapeutique (XXI reunión del Grupo Español de Dermatología Cosmética y Terapéutica), les dermatologues espagnols reconsidèrent leur position sur l’exposition aux UV. « La vitamine D, son déficit nous préoccupe (…). Envoyons-nous à la population un message trop sévère contre le soleil en oubliant peut-être l’importance de la synthèse de cette vitamine ? »1.

 

 

En Hollande

 

 

Le Comité scientifique du Ministère de la santé néerlandais soutient l’utilisation modérée des solariums. Selon les observations du Comité scientifique du Ministère de la santé néerlandais (Dutch Health Council), rien ne va à l'encontre d'un ensoleillement modéré à l'air libre ou dans un solarium. Le Comité scientifique expose, en novembre 2009, dans sa lettre adressée aux Ministères néerlandais compétents en matière de santé et de défense des consommateurs qu'on ne peut en aucun cas affirmer avec certitude que l'utilisation de solariums s'accompagne d'un risque accru de cancers de la peau2.

 

 

Au Royaume-Uni

Une réunion de consensus s’est tenue en décembre 2010. Elle regroupait, entre autres, des dermatologues, cancérologues et diabétologues. Les experts ont conclu que : « profiter du soleil en toute sécurité, en faisant attention à ne pas attraper de coups de soleil, peut permettre de bénéficier des bienfaits de la vitamine D sans par ailleurs, augmenter le risque de cancer cutané »3.
De même, en 2010, les recommandations scientifiques anglaises actualisées concernant le mélanome spécifient que4 : « Une exposition au soleil adaptée permettant la synthèse de vitamine D, ou des apports alimentaires suffisants en vitamine D3, est essentielle pour la santé humaine. Il serait donc inapproprié de limiter fortement l’exposition au soleil chez les personnes qui n’ont pas de facteurs de risque ».
Les facteurs de risque décrits étant les personnes ayant un phénotype / phototype à risque (personne à peau claire, aux cheveux blonds ou roux, avec des tâches de rousseur et sensible aux coups de soleil), présence de nombreux grains de beauté, antécédents de mélanome dans la famille4.

 

Si les positions officielles en France n’ont pas encore évolué, les Dermatologues sont eux parfaitement au fait de la problématique de santé publique que représente le déficit d’exposition solaire et le déficit en vitamine D qu’il entraîne. Voici ce que disait déjà en 2008 la fondation René Touraine, sous l’égide d’un comité scientifique de dermatologues européens  :

 

« La carence en vitamine D apparaît essentiellement en cas de manque d’ensoleillement »
« Avec l’ampleur médiatique du lien entre exposition solaire et cancers cutanés, et entre exposition solaire et vieillissement cutané, cette exposition minimum n’est pas toujours assurée, particulièrement chez les sujets de phototype foncé qui sont pourtant plutôt à faible risque de développer un cancer cutané. De plus, en cas du port de vêtements très couvrants, la production cutanée de vitamine D n’est plus assurée. De nombreux articles de la littérature rapportent que l’insuffisance en vitamine D est très fréquente surtout en l’absence d’ensoleillement, constituant un véritable problème de santé publique chez l’adulte. »

  

 



1. XXI reuniòn del GEDCT, vitamina D, Nueva perspectiva. Dermactual Dec. 2009.
2. Health Council of the Netherlands. Advisory letter UV radiation and sunbeds. November 12, 2009.
3. Cancer Research UK, National Osteoporosis Society, British Association of Dermatologists, Diabetes UK. Consensus vitamin D position statement. Dec 2010. http://www.nelm.nhs.uk/en/NeLM-Area/News/2010---December/17/Consensus-Vitamin-D-position-statement/
4.Marsden JR, et al. British Association of Dermayologists Clinical Standards Unit. Revised U.K. guidelines for the management of cutaneous melanoma 2010. Br J Dermatol 2010;163(2):238-56.
5. Chaine B. Carences vitaminiques. Mise à jour 2008-11. Thérapeutique dermatologique. http://www.therapeutique-dermatologique.org/article.php?article_id=48