Apprendre à s’exposer

 

Facteurs de riques et exposition au soleil

 

Facteurs de risque

 

A en croire les autorités et les médias, toute personne s’exposant aux rayonnements solaires risque de développer à plus ou moins long terme un cancer cutané. Cette affirmation est loin d’être vraie : non seulement le type d’exposition a son importance mais aussi chaque personne réagit très différemment aux UV et seuls un petit nombre d’entre nous présente véritablement un risque de développer un mélanome.
On distingue 2 types de facteurs de risque : les facteurs de risque cliniques et les facteurs de risque génétiques.

 

Facteurs de risque cliniques :

Ils correspondent à des caractéristiques particulières en termes de phénotype (morphologie) et de phototype (réaction de la peau lors d’une exposition solaire).

• Pigmentation claire : peau pâle, cheveux blonds ou roux, yeux bleus
• Présence de tâches de rousseur
• Nombre de grains de beauté > 50
• Phototype I
• Coups de soleil avec brûlures pendant l’enfance ou expositions irrégulières (expositions soudaines et intenses sans que la peau ait eu le temps de s’adapter)

 

Facteurs de risque génétiques :

De très grands progrès ont été réalisés dans la connaissance des facteurs génétiques prédisposant ou favorisant la progression du mélanome.
Une histoire familiale de mélanome est parmi les facteurs de risque les plus établis, il est estimé que 10% des cas de mélanome résultent d’une prédisposition héréditaire (Greene MH, 1999).

 

 

Comment s’exposer au soleil ?

 

Contrairement à ce que l’on entend, une exposition régulière au soleil ou aux UV protège contre le mélanome malin. Celui-ci est essentiellement lié à des expositions décousues et brutales et aux coups de soleil sévères.
Le bronzage, l’épaississement de l’épiderme et également le statut en vitamine D de l’organisme seraient les éléments favorables à une protection.

L’exposition au soleil ou aux UV en cabine, à raison de 15 à 30 minutes par jour pendant 4 semaines peut multiplier par 3 ou 4 le niveau de vitamine D (sans jamais entraîner de risque de surdosage en vitamine D, car tout l'excès de prévitamine D est inactivé par la chaleur lors de l'exposition).

Voici les quelques règles à respecter :
• S’exposer quotidiennement si possible sans utiliser de crème solaire mais en faisant attention à ne pas prendre de coups de soleil ou de brûlure.
• S’exposer l’été jusqu’à 11h00-11h30 et à partir de 14h30 – 15h00 (pour la France).
• Commencer par une exposition très modérée (de quelques minutes) et augmenter progressivement en faisant attention à la façon dont la peau réagit.
• Exposer le corps et protéger le visage (porter un chapeau et des lunettes pour protéger les yeux).

 

 

Une bonne utilisation des crèmes protectrices solaires.

 

Par définition, elles bloquent les UVB. Bien appliquées, elles empêchent donc la synthèse de vitamine D.

 

Selon l’American Academy of Dermatology, les adultes qui appliquent régulièrement et correctement des protections solaires peuvent être à risque d’insuffisance en vitamine D1.

 

Les protections solaires sont indispensables si on s’expose aux heures les plus chaudes, quand on ne peut pas se protéger par d’autres moyens (ombre, vêtements, chapeau,…) et/ou que l’on se déplace en pays tropical.  Hélas, de nombreuses personnes les appliquent mal ou ne les renouvellent pas assez souvent et surtout sont tentées de s’exposer plus longtemps car elles se sentent protégées. Il est important de rappeler que les protections solaires ne devraient être utilisées que quand l’exposition au soleil est inévitable et en aucun cas pour augmenter sa durée d’exposition2.

 

 


 

1. American Academy of Dermatology. Position statement on vitamin D. 2009. http://www.aad.org/File%20Library/Global%20navigation/About%20the%20AAD/Position%20statements/PS-vitamin-D-position-statement.pdf
2. WHO Library Cataloguing-in-Publication Data. Global Solar UV Index : A Practical Guide. 2002. A joint recommendation