Article mis en ligne le 25/02/2013.

Effet protecteur probable de l'exposition aux UV solaires sur le risque de lymphome

Les Australiens s’intéressent aux effets bénéfiques protecteurs des UV solaires. Cette étude vient ajouter des éléments de preuve supplémentaires aux effets positifs de l’exposition aux UV solaire pour diminuer le risque de certains cancers lymphoïdes.

 


Cette étude retrouve une réduction significative du risque de cancer lymphoïde chez les personnes vivant dans les régions les plus exposées aux UV.

 

Source :
Adult Cancer Program, Lowy Cancer Research Centre, Prince of Wales Clinical School, The University of New South Wales, Sydney, Australia.


Traduction du résumé :

Compte tenu de l'incertitude entourant l'exposition au rayonnement solaire ultraviolet (UV) et le risque de tumeurs lymphoïdes, nous avons effectué une analyse écologique des données nationales australiennes pour les cas de cancer diagnostiqués entre 2002-2006. L'incidence spécifique de chaque sous-type a été examinée par bande de latitude (<29 ° S, 29-36 ° S, ≥ 37 ° S), un indicateur de l'exposition aux rayons UV ambiants, en utilisant une régression multiple de Poisson, ajustée pour le sexe, le groupe d'âge et le calendrier.
L'incidence augmente en fonction de la distance de l'équateur pour plusieurs lymphomes non hodgkiniens à cellules B matures, y compris ceux diffus à grandes cellules B (taux d'incidence [IRR] = 1,37, IC 95% 1,16 à 1,61 pour la latitude ≥ 37 °S par rapport à <29 ° S), lymphoplasmocytaire (IRR = 1,34, IC 95% 1,12 à 1,61), tissu lymphoïde associé à la muqueuse (IRR = 1,32, IC 95% de 0.97 à 1,80), et le lymphome à cellules du manteau (IRR = 1,29, IC 95% 1,05 à 1,58), ainsi que plasmocytome (IRR = 1,52, IC 95% 1.9 à 2.11) et le myélome plasmocytaire (IRR = 1,15, IC 95% 1.3 à 1.27).
Une tendance similaire a été observée pour plusieurs cancers cutanés à cellules T matures, y compris les lymphomes cutanés primaires anaplasiques à grandes cellules (IRR = 4,26, IC 95%, 1.85 à 9.84), le mycosis fongoïde / syndrome de Sézary (IRR = 1,72, IC 95%, 1,20 -2,46), et les lymphomes périphériques NOS à cellules T (IRR = 1,53, IC 95%, 1,17 à 2,00).
L’incidence des lymphomes hodgkiniens à cellularité mixte / déplétion lymphocytaire (IRR = 1,60, IC 95%, 1.16 à 2.20) et à sclérose nodulaire (IRR = 1,57, IC 95% 1,33 à 1,85) a également augmenté avec la distance de l'équateur.
Beaucoup de ces sous-types ont une association connue avec une infection ou une dysrégulation immunitaire.

Conclusion des auteurs :
Nos résultats appuient un éventuel effet protecteur de l'exposition aux rayons UV sur le risque de plusieurs cancers lymphoïdes, éventuellement par le biais de la modulation immunitaire liée à la vitamine D, critique dans lymphomagenèse.

 

 

Référence :
van Leeuwen MT, Turner JJ, Falster MO, Meagher NS, Joske DJ, Grulich AE, Giles GG, Vajdic CM. Latitude gradients for lymphoid neoplasm subtypes in australia support an association with ultraviolet radiation exposure. Int J Cancer. 2013 Feb 5. doi: 10.1002/ijc.28081.