Vertus, usages et contre-indications du Lapacho

Lapacho : bienfaits, utilisation et dangers éventuels

Avez-vous déjà entendu parler du lapacho ? Il s’agit d’un arbre originaire de l’Amérique du Sud à qui on reconnaît de nombreuses vertus. Sacré pour les Incas, il est souvent utilisé dans la pharmacopée traditionnelle. De nombreuses études scientifiques ont été menées sur cet arbre qui ne cesse d’étonner et d’éblouir avec ses propriétés.

Le lapacho : De quoi s’agit-il ?

Le lapacho est un arbre qui a été découvert par les Indiens Kallawayas et répandu dans l’Amérique du Sud par des guérisseurs incas. Le Pau d’arco lui-même n’est pas ce qu’il y a de beau à exploiter, mais plutôt son écorce. En effet, l’écorce de cet arbre regorge de nombreuses vertus thérapeutiques. Ce n’est pas pour rien que les Incas l’appelaient le Tajibo (l’arbre qui tue les maux). C’est le seul arbre à être immunisé contre les infections provenant des champignons.

Une source intarissable de minéraux et d’oligo-éléments

Le lapacho se présente comme un arbre à racine pénétrante. C’est ce qui lui permet de puiser des concentrations exceptionnelles de sels minéraux et d’oligo-éléments dans les profondeurs de la terre. Son écorce est riche d’éléments comme :

  • Le calcium ;
  • Le fer ;
  • Le magnésium ;
  • Le Phosphore ;
  • Le Zinc ;
  • Le chrome ;
  • Le silicium ;
  • Le potassium …

À analyser ses différents composants de plus près, on se rend à l’évidence que ces éléments manquent souvent dans l’alimentation moderne. Pourtant, ils sont essentiels au bon fonctionnement et au renforcement du système immunitaire. Son aubier contient également des tanins et des flavonoïdes qui favorisent la neutralisation des oxydes dans le sang. De plus, il est dépourvu de caféine.

Quels sont les bienfaits du Lapacho ?

L’arbre qui tue les maux est très souvent utilisé pour lutter contre les infections fongiques. Il est aussi très réputé pour soigner les imperfections de la peau. Pour cela, les guérisseurs traditionnels s’en servaient pour guérir l’acné, l’eczéma, l’herpès ou le psoriasis. Il est aussi recommandé comme analgésique pour soulager la douleur. Les pathologies comme les excroissances graisseuses ou les kystes peuvent être aussi guéries avec le Handroanthus impetiginosus (nom scientifique).

Par ailleurs, prendre du lapacho vous apporte de la vitalité au quotidien. Les coumarines qu’il contient sont efficaces comme régénérateurs sanguins, revitalisants et hypotenseurs. Il lutte aussi contre les céphalées et les faiblesses cardiaques. Si vous recherchez un produit tonifiant, il est vivement conseillé.

Puissant antibactérien, le pau d’arco saurait répondre convenablement à vos attentes. Il détient des propriétés antimicrobiennes et peut lutter efficacement contre les bactéries du genre Staphylococcus. C’est un antiviral et un antiseptique utilisé contre le rhume ou la bronchite. En outre, le lapacho a un effet anti-inflammatoire. Il soulage les infections inflammatoires et lutte contre les maladies d’origine inflammatoire. Traditionnellement, le l’arbre est employé en cas de troubles inflammatoires au niveau du système uro-génital.

Il est reconnu au lapacho également un effet détoxifiant. De mauvaises habitudes alimentaires sont à l’origine de l’intoxication des fluides corporels et de la fatigue générale. Son usage favorise une meilleure circulation des nutriments dans le sang. Il élimine aussi efficacement les toxines présentes et fluidifie le sang. De plus, l’exposition aux maladies est considérablement réduite. Sa teneur en fer fournit un bon soutien en cas d’anémie.

Au-delà de tous ces bienfaits, il est reconnu également au lapacho des propriétés antitumoral. Son utilisation est recommandée pour le traitement du cancer. Il permet de traiter d’autres maladies comme le diabète, l’ulcère, les rhumatismes et l’arthrite.

Le lapacho : comment le consommer ?

Les herboristes sont les professionnels chez qui vous trouverez les écorces de pau d’arco. Ils les coupent en fines lamelles et les utilisent en décoction. Pour consommer le lapacho, vous pouvez procéder par infusion. Pour ce faire, vous devriez porter à ébullition les écorces en lamelle pendant 15 minutes. Laissez ensuite infuser pendant quinze autres minutes. Deux à trois tasses par jour suffisent pour soulager vos maux. La plante se consomme aussi sous forme de gélules. Vous pouvez réaliser une cure de vingt jours par exemple. Pour cette période, prendre deux à six gélules par jour est convenable.

Les contre-indications et effets secondaires du lapacho !

Pour consommer du lapacho, une utilisation de façon modérée est recommandée. En trop grande quantité, il peut provoquer certains effets secondaires comme des vomissements. Il est alors préférable de respecter les doses. Par ailleurs, la consommation est formellement déconseillée aux hémophiles. Les personnes qui suivent un traitement de couramines ou d’autres anticoagulants sanguins ne peuvent pas non plus faire une cure de lapacho.

Il faut dire qu’on ne peut dire pas avec certitude, si les femmes enceintes peuvent consommer l’écorce de cet arbre. En effet des études et des expériences ont été réalisées sur des rates de laboratoire. Après consommation du lapacho, les fœtus n’ont pas survécu. L’idéal serait donc, si vous êtes enceinte de prendre l’avis de votre médecin.

En définitive, il n’est plus à douter que le lapacho est très bon pour fortifier l’organisme et lui apporter les éléments nécessaires. Il détient des vertus et propriétés considérables. Toutefois, il est important de prendre des précautions et de respecter les contre-indications au moment de la consommation afin de limiter les effets secondaires.

Articles similaires :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *