Article mis en ligne le 22/10/2016.

Mélanome, une prédisposition génétique chez les roux ?

 Les sujets roux représentent 1 à 2 % de la population et on sait qu’ils ont un risque accru de développer un mélanome, cancer de la peau classiquement attribué à une sensibilité accrue aux rayons UV en raison de leur phototype clair. Mais ce sur-risque pourrait en fait avoir une explication génétique : révélation d’une étude publiée dans le journal « Nature Communications ».


 Dans cette étude scientifique, les chercheurs montrent que les personnes porteuses d’un gêne modifié (variante du gène « MC1R » - MelanoCortin 1 Receptor) fréquent chez les roux, sont davantage exposées au risque de mélanome que les autres, indépendamment de leur niveau d’exposition solaire.
Les personnes rousses qui ont deux fois cette variante du gène MC1R ont un sur-risque équivalent à 21 années supplémentaires d'exposition au soleil par rapport aux personnes n’ayant pas cette variante du gêne.
Mais l’étude montre également que les personnes qui n’ont qu’une seule copie variante du gène MC1R, et qui ne sont pas rousses, ont un risque accru de développer un cancer de la peau.


Cette étude importante explique pourquoi les sujets roux ont un risque accru de mélanome. Surtout, ces données montrent que les porteurs non roux de cette variante du gène MC1R sont aussi concernés : les gens qui ont tendance à brûler plutôt qu'à bronzer, qui ont la peau, les cheveux ou les yeux clairs, ou qui ont des taches de rousseur ou des grains de beauté, sont aussi à risque plus élevé (voir le « diagnostic solaire » développé par l’IFSS).


Ainsi, les gens qui ont des roux dans leur famille, sans être forcément roux eux-mêmes, ont une plus grande chance de porter la variante du gène MC1R, et devraient donc faire tout autant attention que les roux.

 

Conclusion : Ces nouvelles découvertes pourraient aider à mieux identifier, au sein de la population, les personnes qui sont à haut risque de cancer cutané. Le « diagnostic solaire » développé par l’IFSS constitue à ce titre un outil utile pour connaître son risque solaire.

 

 

 

Pour en savoir plus :

- connaitre son phototype

 

Référence :
- Robles-Espinoza CD, Roberts ND, Chen S, Leacy FP, Alexandrov LB, Pornputtapong N, et al. Germline MC1R status influences somatic mutation burden in melanoma. Nature communications. 2016;7:12064.